On devrait réserver le non de grain de beauté aux petites verrues pigmentaires, c’est-à-dire colorées en noir par la mélanine, qui est le pigment foncé de la peau. Ces verrues sont esthétiquement tolérées si elles sont d petites tailles, isolées et placées sur le tronc ou sur le visage.

grain-beaute

Si elles sont volumineuses, nombreuses ou situées sur les membres, on supporte mal le préjudice esthétique qu’elles créent. Ces verrues sont dues à une prolifération des cellules à mélanine de la couche pigmentaire de la peau. Elles ne sont jamais pédiculées et ont une base d’implantation correspondant à leur surface apparente. Elles sont bénignes, mais ont la mauvaise réputation de se transformer assez facilement en cancer, surtout si elles sont irritées par des frottements répétés ou des irritations médicamenteuses intempestives. Il faut, ou ne pas y toucher, ou les faire enlever par un chirurgien. Il est bon aussi, avant ou après l’ablation, de faire analyser un fragment de la verrue.
La légende qui prétend qu’il ne faut pas les faire soigner est fausse et archifausse. Elle est du au fait que, jadis, on traitait ces verrues avec des liquides caustiques (acide, suc de ciguë)
Ou bien on les râpait, et on a assisté ainsi à des transformations cancéreuses. Elle provient aussi de ce que le sujet ne va consulter, la plupart du temps, que lorsque la verrue prend un mauvais aspect et c’est alors qu’on l’enlève en concluant à un cancer… ce qui fait dire au patient qu’il n’aurait pas dû y toucher.