Pour tout le monde cela peut sembler fou, incroyable mais c’est vrai, j’étais maltraitée de la part de ma mère.

4

Dès ma naissance je n’ai apporté que du malheur et c’est ce qu’elle ne cesse pas de me le dire à chaque fois. Quand j’ai grandis une part de moi savait que la relation que j’entretenais avec ma mère n’était pas normale, nous vivons seules dans une vielle maison et je ne connais pas mon père ni mes grands-parents, ma mère travaillait dans une pâtisserie et ce qu’elle gagnait ne nous suffisait pas, c’est cela j’ai quitté l’école trop tôt.

J’étais un obstacle

Maman avait à peine 16 ans quand elle est tombée enceinte. Elle s’est sentie obligée d’arrêter ses études. Mon père a quitté le pays, il était beaucoup plus âgé qu’elle, il était marié et il avait deux enfants, il s’est enfui comme elle me le disait toujours.

Les choses ont vraiment mal tourné quand je suis née, ma grand-mère est décédée et mon grand père s’est mariée avec une autre femme qui n’était pas prête à supporter maman avec son bébé, c’est pour cela mon grand-père nous a donné la vielle maison où nous vivons maintenant et depuis il nous a jamais visité.

Quatre ans plus tard, maman a retrouvé l’amour mais à son tour son petit ami n’était pas prêt pour la responsabilité et il a refusé de se marier avec elle, encore une fois c’était moi la raison de sa tristesse.
Je me souviens être rentrée à la maison, à l’âge de 7 ans, avec de mauvais résultats à un contrôle. Juste une interro ratée, mais pour ma mère, c’était insupportable et inacceptable , elle m’a obligé de quitter l’école car je mérite pas l’argent qu’elle dépensait sur mes études.

Elle a hurlé que j’étais une idiote, se demandait ce qu’elle avait fait pour mériter une fille aussi bête. Qui n’apporte que le malheur Et elle m’a secouée si fort que j’en étais étourdie.
J’ai quitté l’école et j’ai commencé à travailler avec elle, Je travaillais comme une folle soirées, week-ends, vacances, et bien sure ma mère prenait tout ce que je gagnait : je devait payer pour habiter et manger !

Quand ma mère passait une mauvaise journée, elle se vengeait sur moi. Tout ce que je pouvais faire, c’était me tenir tranquille, rester loin d’elle et éviter de susciter sa colère. J’ai passé tellement de soirées seules dans ma chambre pour éviter qu’elle se fâche.
Lorsqu’elle buvait trop je devenais selon elle la raison de sa tristesse de son malheur et de toutes ses relations qui finissent toujours mal.

Je me souviens pas du nombre des hommes qui ont passé des nuits chez nous, et à chaque fois maman me dit : C’est un con comme les autres !

Il m’a sauvé !

J’ai eu pour la première fois des pensées suicidaires à l’âge de 23 ans, lorsque j’ai rencontré Sébastien, mon héro qui m’a sauvé !
Contrairement à tout les hommes que maman a fréquenté, Sébastien m’a montré dès notre première rencontre qu’il s’intéresse vraiment à moi et qu’il m’accepte tel que je suis !

Aujourd’hui j’ai quitté la maison de ma mère, je vis avec mon héro Sébastien, j’ai une petite fille que j’aime plus que tout le monde, j’appelle ma mère de temps en temps, mais refuse de me voir, cela m’a fait beaucoup du mal mais j’espère un jour qu’elle accepte voir sa petite fille, elle n’arrive peut être pas à me pardonner mais de ma part je l’ai pardonné pour tout ce qu’elle a fait !